Actualités Sociales de STMicroelectronics
par Le Collectif des salariés de STMicroelectronics en France (CAD-ST)

Accueil > == Le Syndicat == > Communiqués de presse > Le CAD-ST est très inquiet pour les huit mois à venir des risques sur la (...)

Le CAD-ST est très inquiet pour les huit mois à venir des risques sur la production pour les principaux clients de STMicroelectronics à Crolles qui est actuellement confrontée à des tensions sociales et à de sérieuses difficultés pour embaucher et fidéliser ses salariés

vendredi 27 octobre 2017

STMicroelectronics est parmi les leaders mondiaux des semi-conducteurs, elle emploie plus de 10 000 salariés en France, dont environ 4 500 à Crolles. Trimestre après trimestre, STMicroelectronics dépasse toutes les attentes financières comme le montre les résultats publiés hier. Mais à Crolles, en Isère, STMicroelectronics commence à avoir de sérieuses difficultés pour embaucher et pour fidéliser ses salariés. STMicroelectronics doit en effet aujourd’hui combler le déficit de personnel à Crolles lié, d’une part au surcroît d’activité généré par de gros contrats obtenus ces derniers mois auprès de très gros acteurs mondiaux, et d’autre part aux premiers départs de salariés qui démissionnent, ne restent pas ou menacent de partir. Suite à la politique salariale de ces dernières années et au climat social sur le site, des mouvements sociaux sporadiques ont commencé cette semaine et pourraient s’intensifier d’ici à mi-2018. Des premiers appels à débrayer ont ainsi déjà eu lieu cette semaine (Assemblées Générales pendant le temps de travail) mais ont été assez peu suivis pour l’instant. Le CAD-ST estime que l’éventualité d’un blocage complet de l’usine dans les mois à venir existe mais reste modérée.

Ces premiers mouvements font suite aux appels de la CFDT et de la CGT, hélas volontairement pas faits en commun, après l’aveu de la Direction qu’elle a été obligée de revaloriser de 150 euros le salaire de tous les nouveaux salariés de niveau BAC+2 qu’elle ne réussissait pas à "fidéliser". Elle a ainsi envoyé le message très clair à tous les autres salariés, qu’elle confirme qu’elle les exploite depuis de nombreuses années. Cette faiblesse des salaires est confirmée par l’étude menée par notre organisation de salariés, le CAD-ST, qui démontre que le salaire médian de Crolles est le plus bas de toutes les usines STMicroelectronics en France, y compris par rapport à ST Tour où le coût de la vie est bien inférieur et avec des écarts supérieurs à 200 euros par mois par rapport au site de ST Rousset près de Marseille. Les scenarios possibles pour la suite sont faciles à deviner :
- il n’y aura probablement pas de politique de réévaluation globale des salaires pour compenser la faiblesse des salaires à ST Crolles (ou alors d’un montant ridicule) qui sont souvent inférieurs aux minimums légaux (hors primes d’équipes qui sont liées à la pénibilité du travail)
- mais pour essayer de calmer les esprits la Direction va probablement rapidement attribuer une nouvelle prime mensuelle. Elle sera certainement malgré tout très inférieure à 300€ et ne correspondra pas au désire des salariés qui veulent du salaire et pas une nième prime plus ou moins temporaire
- enfin la prime d’intéressement début 2018 sera probablement un petit peu augmentée mais sera loin d’être en adéquation avec les résultats de l’entreprise. En effet, une prime d’intéressement de près de 2000 euros serait déjà une prime d’intéressement exceptionnelle à STMicroelectronics. Or comme on peut le voir dans le bassin Isérois, les entreprises avec une telle santé économique ont souvent des primes d’intéressement qui dépassent les 6000 euros.

Notre organisation de salariés qui existe depuis 5 ans dans ST, reviendra dans d’autres communications sur le climat social qui règne à Crolles, qui est unique dans STMicroelectronics et qui ne peut qu’aggraver la situation, avec des exemples plus ou moins amusants (« Minority Report à Crolles »). Le comportement global de la Direction vis-à-vis des différentes organisations syndicales est aussi très significatif, notamment l’attitude très "différenciée".
En attendant, alors que le marché de l’emploi redémarre fortement notamment en Isère avec une probable accélération au cours des trois prochaines années, le CAD-ST n’a vraiment aucun argument à donner pour décourager les salariés qui souhaiteraient partir. La production pourrait en être fortement perturbée. Quant à l’annonce de la construction d’une troisième unité de fabrication à Crolles, nous préférons éviter de commenter ce qui pour l’instant n’est qu’une annonce pour la bourse.

Contacts CAD-ST :

 Publicité

 Retrouvez-nous sur Twitter

SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Habillage visuel © Andreas Viklund sous Licence free for any purpose