Actualités Sociales de STMicroelectronics
par Le Collectif des salariés de STMicroelectronics en France (CAD-ST)

Accueil > == Le Syndicat == > UNSA France

UNSA France

Union National des Syndicats Autonomes

http://www.unsa.org

Articles

  • Luc Bérille sur RTF mardi 22 mai à 10h

    21 mai, par philippe.galliard@unsa.org —

    21 mai - Luc Bérille, secrétaire général de l'UNSA, sera présent sur le plateau de RTF mardi 22 mai à partir de 10h et interviendra sur le thème de la Fonction publique.

  • Luc Bérille, secrétaire général de l’UNSA, sur Radio France Internationale lundi 21 mai à 18h40

    17 mai, par philippe.galliard@unsa.org —

    Luc Bérille, secrétaire général de l'UNSA, est invité sur Radio France Internationale, lundi 21 mai de 18h40 à 19h.

    Il débattra sur la question « le conflit peut-il se durcir à la SNCF » avec un chercheur spécialiste des conflits sociaux.

  • Syndicat indépendant, l’UNSA n’appellera pas à la manifestation du 26 mai

    17 mai, par philippe.galliard@unsa.org —


    Pour l'UNSA, l'efficacité syndicale ne saurait s'accommoder, ni de la confusion de revendications sans lien entre elles, ni de la confusion des genres syndicaux et politiques.

    Rassemblement « associativo-syndicalo-politique », la manifestation « Marée populaire » du 26 mai 2018 participe de ce mélange.

    Alors que le syndicalisme français a été confronté, dans sa longue histoire, au règlement de ses relations avec le politique, on aurait pu penser que cette question relevait désormais du passé. Par un surprenant mouvement de balancier, on découvre qu'il n'en est rien.

    L'UNSA n'est pas candidate à la récupération par qui que ce soit de ses combats et revendications.

    Fidèle à sa conception de l'indépendance syndicale, elle n'appellera donc pas à la manifestation du 26 mai 2018.

  • Newsletter n°22 du groupe UNSA au CESE : le CESE dans la réforme constitutionnelle

    17 mai, par philippe.galliard@unsa.org —

    Sommaire :

    Actualités
    · Commande publique responsable : un levier insuffisamment exploité
    ·Contribution du CESE aux Assises des Outre-mer

    Vie de l'assemblée
    · Industrie : un moteur de croissance et d'avenir
    · Promouvoir le tourisme durable en Outre-Mer
    · Fin de vie : la France à l'heure des choix
    · Pour une réforme globale de la fiscalité locale
    · L'orientation des jeunes
    · Vieillir dans la dignité
    · L'emploi des seniors

    Vie des CESER
    · Rapport annuel de conjoncture Centre-Val de Loire
    · Protocole d'accord entre la Région Occitanie et SNCF Mobilités

    Pour accéder à la newsletter, cliquer ici.

    Début mai, le Conseil des Ministres a transmis au Parlement le projet de Réforme constitutionnelle initiée par le Président de la République.

    Le CESE devient ainsi la Chambre de la Société Civile et voit son rôle de 3ème assemblée de la République consolidé, particulièrement à travers 4 missions
    permanentes issues d'un projet pour lequel l'UNSA a eu son mot à dire :

    • L'intégration de l'expression citoyenne permettant une large implication des citoyens ;

    • La contribution à l'élaboration de la loi en donnant son avis sur tous les projets de loi économiques, sociaux et environnementaux ;

    • L'organisation de la consultation publique en rassemblant et coordonnant les avis des différents comités consultatifs afin de simplifier le travail législatif ;

    • La prise en compte du long terme en intégrant systématiquement les enjeux du futur.

    Pour mettre en oeuvre ces missions, les modes de travail ainsi que le format des avis rendus seront adaptés.
    L'UNSA partage l'ensemble des missions de cette future Chambre de la Société Civile et réaffirme son souhait que la singularité de ses membres, engagés dans la vie
    professionnelle, sociale et au sein de leur organisation soit préservée.

    Martine VIGNAU
    Présidente du groupe UNSA au CESE

    n° 22-avril-mai 2018

  • 17 mai : Journée internationale de lutte contre l’homophobie et la transphobie

    16 mai, par philippe.galliard@unsa.org

    L'UNSA mobilisée aux côtés des personnes LGBTI

    Les mentalités changent, la société évolue. De plus en plus de pays garantissent des droits aux personnes LGBTI (lesbiennes, gays, bies, trans et intersexuées), mais, aujourd'hui encore, 78 pays punissent l'homosexualité par une peine d'emprisonnement et 8 par la peine de mort.

    L'UNSA exprime en cette journée internationale sa solidarité avec les personnes persécutées dans le monde en raison de leur orientation sexuelle ou de leur identité de genre. Dans ce cadre, elle rappelle sa vive inquiétude quant à la politique d'accueil de la France suite au vote en première lecture de la loi "asile-immigration".

    Dans l'Union Européenne, un grand nombre de personnes LGBTI continuent d'être la cible de discriminations, de discours et de crimes de haine. 60% des citoyens de l'UE estiment fréquentes les discriminations fondées sur l'orientation sexuelle et l'identité de genre (1), 47% des personnes LGBTI déclarent avoir été discriminées ou harcelées.

    En France, 20% déclarent avoir été victimes de discrimination à l'embauche ou dans leur emploi (2). Comme toute autre forme de violence et de discrimination, les LGBTIphobies peuvent avoir des conséquences graves sur la santé et la vie des personnes qui en sont victimes, y compris quand elles se manifestent sur les lieux de travail. Elles frappent des individus de toute condition, de toutes origines et de tout âge.

    L'UNSA se mobilise et entend soutenir les personnes LGBTI à travers le développement d'actions de sensibilisation (formations des militants) et de visibilité (participation aux marches des fiertés). A travers ces actions, l'UNSA, en tant qu'organisation syndicale, poursuit son combat en faveur des droits des personnes LGBTI.

    Elle rappelle par ailleurs la nécessité de mener des politiques publiques plus fortes contre les préjugés, les violences et les discriminations à l'encontre des personnes LGBTI.

    (1) Eurobaromètre de la discrimination 2015

    (2) Agence pour les droits fondamentaux de l'UE 2013

  • L’UNSA Fonction Publique appelle à la mobilisation le 22 mai

    15 mai, par philippe.galliard@unsa.org —


    L'UNSA Fonction Publique et les neuf organisations syndicales représentatives dans la Fonction publique, appellent l'ensemble des personnels de la Fonction publique de l'État, de la Fonction publique Hospitalière et de la Fonction publique Territoriale à la grève et aux manifestations le mardi 22 mai 2018.

    Elles demandent un dialogue social respectueux des représentants des personnels.

    Lien vers le site de l'UNSA Fonction Publique

    Elles appellent les agents à dire leur rejet du projet de suppression de 120 000 emplois et le recours accru au contrat qui dégraderont les conditions de travail des agent-es, considérant que le développement de la contractualisation constitue une attaque contre le statut, de même que la possible rémunération « au mérite » assise sur des critères antinomiques de ceux du service public.

    Elles rappellent leur opposition à la remise en cause des CAP et à la disparition des CHSCT, comme à toutes mobilités forcées vers le secteur privé.

    Dans le cadre du rendez-vous salarial du mois de juin, elles appellent les agents à exiger que le gouvernement propose des mesures qui permettent une réelle amélioration du pouvoir d'achat pour toutes et tous : fin du gel de la valeur du point d'indice et sa revalorisation, rattrapage des pertes subies, abrogation de la journée de carence, compensation pérenne de la hausse de la CSG, respect des engagements en matière d'évolution de carrière, amélioration des déroulements de carrière.

    Les organisations sont attachées à une Fonction publique rendant des services de qualité à toutes et tous les usager-es sur l'ensemble du territoire, aux valeurs et principes d'égalité, de solidarité et de justice sociale, à la nécessité aussi de conforter les agent-es dans leurs rôles et dans leurs missions.

    Fortes de ces valeurs, elles appellent le gouvernement à être extrêmement vigilant sur les suites à donner au futur rapport du Comité « Action Publique 2022 ».

    Pour la manifestation à Paris : Rendez-vous Place de la République à partir de 13H, pour un départ à 14h00.

    Lire et diffuser la lettre aux usagers rédigée par les neuf organisations syndicales.

  • Projet de loi « pour la liberté de choisir son avenir professionnel » : actualité

    15 mai, par philippe.galliard@unsa.org —


    Le projet de loi pour « la liberté de choisir son avenir professionnel » a été adopté par le Conseil des ministres le 27 avril, après son passage devant le Conseil d'État.

    Celui-ci émet des réserves sur les dispositions du volet assurance chômage sur les indépendants, le financement du régime et l'offre raisonnable d'emploi.

    En effet, concernant le schéma retenu pour l'indemnisation des indépendants, le Conseil d'État suggère au gouvernement un régime particulier, différent du régime d'assurance, les indépendants n'étant pas soumis à cotisations sociales, contrairement au régime des salariés.

    La règle, jusqu'à présent, est le droit à revenus de remplacement en contrepartie du versement de cotisations sociales.

    Concernant l'offre raisonnable d'emploi, le Conseil d'État craint un risque d'arbitraire et la précise afin que « personne ne puisse être contraint d'accepter un emploi qui ne soit pas compatible avec ses qualifications et ses compétences professionnelles ».

    Le projet de loi sera discuté en commission à l'Assemblée nationale à partir du 29 mai, pour un texte qui pourrait être adopté fin juin.

    Le Sénat l'examinera courant juillet pour une adoption définitive fin juillet, début août. Le texte devrait être publié fin août, début septembre.

    Plusieurs mesures seront applicables dès la publication, notamment celles assouplissant le code du travail sur la hausse du temps de travail des apprentis mineurs. L'ouverture des droits à l'assurance chômage pour les salariés démissionnaires sera applicable en janvier 2019 ainsi que le CPF (Compte Personnel de Formation) en euros.

    L'UNSA fera part de ses positions tout au long du processus parlementaire.

  • L’UNSA Ferroviaire dans l’action et la discussion

    15 mai, par philippe.galliard@unsa.org —


    Dans le prolongement des engagements du Premier ministre pris le 7 mai, la ministre des Transports, Élisabeth Borne, a reçu l'UNSA Ferroviaire le 11 mai.

    Une trentaine d'amendements portés par l'UNSA ont commencé à être examinés. Il s'agit d'aboutir à des modifications du projet de loi que le gouvernement pourrait porter devant le Sénat qui examinera le texte fin mai.

    D'autres discussions avec la ministre devront porter sur les engagements financiers de l'État, ainsi que sur la future convention collective du ferroviaire.

    D'ici là, l'UNSA Ferroviaire appelle à réussir les actions déterminées en intersyndicale (notamment la journée "sans cheminots" et la consultation des agents sur la réforme).

  • Luc Bérille sur CANAL+ dans l’Info du vrai lundi 14 mai à 18h40

    12 mai, par philippe.galliard@unsa.org

    Luc Bérille,secrétaire général de l'UNSA, est invité sur canal + dans l'émission « l'info du vrai » d'Yves Calvi lundi 14 mai de 18h40 a 19h15.

    Il évoquera les grèves à la SNCF et la suite du mouvement avec d'autres invités.

  • Luc Bérille sur CANAL+ dans l’Info du vrai lundi 14 mai à 18h40

    12 mai, par philippe.galliard@unsa.org

    Luc Bérille,secrétaire général de l'UNSA, est invité sur canal + dans l'émission « l'info du vrai » d'Yves Calvi lundi 14 mai de 18h40 a 19h15.

    Il évoquera les grèves à la SNCF et la suite du mouvement avec d'autres invités.

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 120

SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Habillage visuel © Andreas Viklund sous Licence free for any purpose