Actualités Sociales de STMicroelectronics
par Le Collectif des salariés de STMicroelectronics en France (CAD-ST)

Accueil > == Le Syndicat == > UNSA UD13

UNSA UD13

UNSA, UD 13, Bouches-du-Rhône, syndicat autonome, syndicats autonomes, union des syndicats autonomes, créer un syndicat autonome, section syndicale, syndicat, autonome, retraite,

http://ud-13.unsa.org/

Articles

  • Inauguration de l’UL Aubagne - La ciotat

    23 juin, par web13


    C’est en présence de Madame Valérie Morinière, adjointe au maire d’Aubagne, que s’est déroulée l’inauguration des nouveaux locaux de l’Union locale UNSA Aubagne - La Ciotat.

    IMG_1205__2_.JPG

    Ces locaux, mis à la disposition par la mairie d’Aubagne, sont composés d’un bureau et d’une salle de réunion commune, partagée avec les autres organisations syndicales présentes sur le site.

    Son Secrétaire général, Sadek Mouhoubi, ainsi que son trésorier, Jean Callou, accompagnés d’une équipe de militants du territoire, vous attendent pour vous accompagner dans la constitution d’une section syndicale, répondre à vos questions d’ordre juridique, vous aider dans votre développement ou votre communication…

    Alors, si vous vivez ou travaillez sur le territoire couvert par cette Union locale, n’hésitez pas à prendre contact.

    Union locale UNSA Aubagne - La Ciotat : avenue Elzéard Rougier. Les Terres Rouges niveau 0, 13400 Aubagne.
    Téléphone : 09 50 72 46 89 - Courriel : ul-aubagne@unsa.org

    Le territoire concerné par l’Union locale UNSA Aubagne - La Ciotat couvre les communes de : Aubagne, Auriol, Belcodène, Cadolive, Carnoux, Cassis, Ceyreste, Cuges-les-Pins, Gémenos, La Bouilladisse, La Ciotat, La Destrousse, La Penne-sur-Huveaune, Peypin, Roquefort-la-Bédoule, Roquevaire, Saint-Savounin, Saint-Zacharie.

  • Unité syndicale contre la casse de l’Inspection du travail

    22 juin, par web13


    itefa.jpgMardi 20 juin, entre 200 et 300 salariés et militants se sont rendus rue de Grenelle pour protester contre la baisse des effectifs de l’institution en charge de faire respecter le droit du travail dans les entreprises.

    Tous là, (…) pour la mobilisation nationale à l’appel de nombreux syndicats : CGT, CFDT, UNSA, Sud, Force ouvrière, FSU et CNT (…). Tous dénoncent la baisse des postes dans l’Inspection du travail : depuis 2007, ils affirment les effectifs ont diminué de 20 %.

    Lire l’article sur politis.fr

  • La Poste signe un accord sur la politique du logement

    21 juin, par web13


    unsa_postes.jpgLa Poste a signé avec les organisations syndicales CGT, CFDT, FO, CFTC, CGC et UNSA, un nouvel accord pour faciliter l’accès au logement au plus grand nombre de postières et de postiers.

    Chaque année plus de 9 000 postiers sont bénéficiaires des aides et solutions logement proposées. Depuis 2006, La Poste a construit une politique logement “ambitieuse, au service de tous les postiers”. Elle s’inscrit dans des accords successifs négociés avec les partenaires sociaux.

    Lire l’article sur businessimmo.com

  • Le statut commun adopté pour les collaborateurs du groupe Covéa

    20 juin, par web13


    unsa_covea.pngLe 1er janvier 2018, les quelque 21 000 salariés du groupe Covéa seront régis par le même statut.

    La CFDT et l’UNSA, représentant plus de 50% des salariés des entités autour de la table, ont signé les 13 accords qui se substitueront à plusieurs centaines d’accords historiques de Maaf, MMA et GMF.

    Lire l’article sur newsassurancespro.com

  • Marseille : pénalisés par les bourdes de la Ville

    19 juin, par web13


    territoriaux_vdm.jpgLes agents territoriaux mobilisés pour le retrait de deux dossiers montés en urgence qui impactent leur quotidien, à Marseille. Depuis 2002 les grilles horaires « atypiques  » des agents ne sont jamais passées devant le comité technique.

    « L’intersyndicale a déposé un nouveau préavis pour un rassemblement devant Barjemon ce jour-là », précise Jocelyne Cozzolino, secrétaire générale Unsa Territoriaux, qui entend interpeller les élus.

    Lire ici l’article de Myriam Guillaume dans La Marseillaise.

  • Un test salivaire de détection immédiate de produits stupéfiants peut être pratiqué par un supérieur hiérarchique.

    17 juin, par web13


    Juridique.jpgUn employeur peut insérer dans son règlement intérieur, une clause prévoyant des contrôles aléatoires de consommation de substances stupéfiantes aux seuls postes dits hypersensibles drogue et alcool, pour lesquels l’emprise de la drogue constitue un danger particulièrement élevé pour le salarié ou pour les tiers.

    Le contrôle peut être effectué par le supérieur hiérarchique qui doit respecter le secret professionnel sur ses résultats. Le salarié peut bénéficier d’une contre-expertise médicale à la charge de l’employeur si le test est positif. Sous cette réserve, il pourra, le cas échéant faire l’objet d’une sanction disciplinaire pouvant aller jusqu’au licenciement.

    Il convient de rappeler que le règlement intérieur est établi par l’employeur ; toutefois, préalablement à son entrée en vigueur, il doit être soumis à certaines formalités (notamment la consultation des instances représentatives du personnel) qui sont également exigées en cas de modification ou de rajout de clauses. Il fait, par ailleurs, l’objet d’un contrôle administratif par l’inspecteur du travail.

    En l’absence d’une clause du règlement intérieur conforme aux exigences posées par le Conseil d’État, le test salivaire ne pourra pas être valablement pratiqué par le supérieur hiérarchique.

  • Les syndicats rappellent leur opposition à l’ordre infirmier

    http://ud-13.unsa.org/public/Fichiers_joints/CP_intersyndical_Ordre_infirmier_07-06-17.pdf
    16 juin, par web13


    UNSA_Sante_sociaux.jpgCFTC, CGT, FO, FSU , SUD et UNSA poursuivent leur combat contre l’Ordre national infirmier.

    Les six syndicats demandent à la nouvelle ministre de la santé Agnès Buzin d’abroger par une loi l’Ordre infirmier, une instance qu’ils jugent “illégitime” pour les infirmiers salariés.

    Lire en annexe le texte de l’intersyndicale

  • Manpower s’engage sur la qualité de vie au travail de ses salariés permanents

    15 juin, par web13


    fcs.jpgLa direction de Manpower a signé, le 9 février 2017, avec les organisations syndicales CFDT, CFE-CGC et Unsa, un accord relatif à la qualité de vie au travail.

    Ce texte, qui s’inscrit dans la continuité d’accords en vigueur, vise notamment à développer la politique de prévention des risques professionnels et à mieux prendre en compte le bien-être psychique des salariés. Il est entré en vigueur depuis le 1er mars 2017 et s’applique pour une durée d’un an.

    Lire ici l’article paru sur wk-ce.fr

  • SFR accélère la baisse des effectifs

    14 juin, par web13


    logo-unsa-com.pngSelon le projet d’accord négocié entre la fin mai et le 6 juin par l’UNSA, la CFDT et la CFE-CGC, SFR va procéder à la suppression de 3 300 postes, afin que le groupe « passe sous la barre des 10 000  » avant la fin de l’année. Parmi eux, 600 font partie du Service Client, une division qui devrait être reprise par le groupe marocain Intelcia, également membre du groupe Altice.

    Les salariés qui souhaitent bénéficier de ce plan de départs doivent faire part de le souhait avant la fin du mois de novembre. Les employés volontaires vont percevoir une indemnité de deux à trois mois de salaire par année d’ancienneté plafonnée à 20 ans. Les concernés bénéficient également d’un « congé de reclassement jusqu’à 20 mois avec possibilité de retour dans l’entreprise moyennant le remboursement de l’indemnité de départ ».

    Les plus à plaindre sont donc finalement ceux qui restent, pour l’UNSA. En effet, cette nouvelle organisation est « conditionnée à la mise en place de nouveaux outils qui ne sont pas encore là ». Aussi, le syndicat s’inquiète « pour la charge de travail de ceux qui restent dans le groupe » et craint « une année 2018 très compliquée ».

    À terme, SFR doit organiser le départ volontaire de 5 000 salariés.

  • Le point sur les rythmes scolaires

    13 juin, par web13


    SE_13.jpgLe DASEN (Directeur académique des services de l’éducation nationale) a réuni par téléphone les organisations syndicales représentatives des Bouches du Rhône. Il souhaitait faire un point d’étape sur les deux gros chantiers que le ministère a mis en œuvre, les rythmes scolaires et le dédoublement des Cours Préparatoires en REP+.

    Pour ce qui concerne les rythmes, la philosophie du ministère est de ne pas défaire ce qui marche bien et se donner le temps d’échanges et de réflexion nécessaire pour sortir des rythmes actuels, si c’est le choix.

    Dans plusieurs communes, les PEDT venant à échéance au 1er septembre 2017 seront prolongés en accord avec le Préfet à l’égalité des chances.


    Pour Marseille, après la rencontre DASEN/mairie, se dessine un maintien des rythmes actuels pour la rentrée 2017. Le maire s’engage à travailler avec la DSDEN (direction des services départementaux de l’éducation nationale) pour une sortie du dispositif a la rentrée 2018. Au programme, la construction d’un dispositif différent, incluant l’aide aux devoirs. Le fond de soutien est maintenu pour 2017/2018.

    Il n’y a pas d’information pour l’instant pour Aix-en-Provence. Miramas et Martigues conservent le dispositif en cours.

    Pour les autres communes, les IEN (inspecteurs de l’éducation nationale) doivent se rapprocher des municipalités. Là où le dispositif fonctionne, il convient d’être prudent avant d’envisager une sortie du dispositif. Si la sortie est envisagée, il faut une validation des conseils d’école puis du DASEN. Pour le moment, il n’y a aucun texte réglementaire pour communiquer officiellement.

    Pour le SE-UNSA, la mairie doit le faire et communiquer en direction des écoles. Il faut poser des critères pour évaluer ce qui fonctionne bien : activités correctes, de qualité, taux élevé d’adhésion des familles, de l’école, de l’équipe éducative. Avis des enseignants mais aussi des familles, partenaires, mairie…

0 | 10

SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Habillage visuel © Andreas Viklund sous Licence free for any purpose