Actualités Sociales de STMicroelectronics
par Le Collectif des salariés de STMicroelectronics en France (CAD-ST)

Accueil > == Le Syndicat == > UNSA - UR PACA

UNSA - UR PACA

UNSA, UR, Provence, Alpes Côte d’Azur, syndicat autonome, syndicats autonomes, union des syndicats autonomes, créer un syndicat autonome, section syndicale, syndicat, autonome,

http://paca.unsa.org/

Articles

  • Le gouvernement va supprimer les CIO

    17 avril, par paca

    Logo UNSA Education.jpgLe ministre de l’Éducation, Jean-Michel Blanquer, prévoit la fermeture du réseau des centres d’information et d’orientation (CIO). Les 3 771 psychologues de l’Éducation nationale qui travaillent dans ces centres - et partagent leur temps entre accueil des adultes et permanences dans les établissements scolaires - vont être affectés dans les lycées. Le ministère veut « renforcer le processus d’orientation » en les mettant au plus près des élèves. En novembre, la nomination d’un deuxième professeur principal chargé de l’orientation avait déjà indiqué que Jean-Michel Blanquer n’entendait pas renforcer les CIO.

    Pour Christine Saventré (UNSA-Éducation), il faut redouter « la multiplication des officines privées proposant information et conseil ».

    Pour le SE-UNSA, Nathalie Eudes alerte sur le risque d’« injonction hiérarchique » des chefs d’établissement. « C’est inentendable, dit-elle. Un psychologue doit faire en sorte que le jeune définisse son projet professionnel au regard de ses aptitudes et centres d’intérêt, pas en fonction des besoins d’emploi d’une région. »

  • L’UNSA Fonction publique appelle à la grève le 22 mai

    16 avril, par paca

    L'UNSA Fonction publique déplore une posture fermée et univoque du gouvernement

    GRÈVE-22-MAI-2018-Twitter.jpgAprès avoir écouté attentivement le Président de la République et noté son silence sur la fonction publique, l'UNSA Fonction publique regrette que celui-ci n'envisage les services publics que sous l'angle d'un fardeau budgétaire alors qu'ils constituent le socle de la solidarité républicaine, réduisent significativement les inégalités sociales via les redistributions qu'ils opèrent et renforcent la cohésion sociale.

    Après avoir pris le temps d'examiner l'ensemble des éléments portés à sa connaissance sur les chantiers de la réforme de la fonction publique et d'analyser toutes les déclarations des ministres chargés de l'action publique et de la fonction publique, l'UNSA Fonction publique alerte sur l'impact réel des changements majeurs qui sont envisagés pour les agents publics (restructurations, 120 000 suppressions de postes, modification des règles statutaires, modification des modalités de recrutement et de rémunération). En même temps, les protections et les garanties dont ils bénéficient aujourd'hui se verraient affaiblies (diminution du nombre et du rôle des instances de dialogue social, amoindrissement des capacités de recours, affaiblissement de la prise en compte de la santé au travail).

    Rappelant les mesures délétères déjà effectives qu'elle combat : gel du point d'indice, jour de carence, compensation partielle de la CSG, suspension de PPCR pendant un an et de l'absence d'un véritable dialogue social, l'UNSA Fonction publique considère que l'unité la plus large des organisations syndicales est nécessaire.

    Enfin, comme elle l'a fait lors de la mobilisation unitaire du 10 octobre, l'UNSA Fonction Publique rappelle son exigence de reconnaissance des agents publics qui passe par la réussite du prochain rendez-vous salarial.

    Après une vaste consultation de l'ensemble de ses composantes, dans le respect du principe de l'autonomie qui l'anime, l'UNSA Fonction publique appelle tous les agents publics à se mobiliser massivement, y compris en faisant grève, le 22 mai 2018.

    Bagnolet le 16 avril 2018

    Luc Farré - Secrétaire Général

  • Réforme ferroviaire : le gouvernement prend les usagers en otage

    10 avril, par paca

    unsa_ferroviaire_1.jpgLa 2nde phase du plan d’action intersyndicale des cheminots s’est mise en place, avec toujours une très forte mobilisation ce lundi 9 avril (43 % de grévistes selon la direction) et donc une grande majorité de trains annulés (4 TGV sur 5, 2 TER sur 3, 5 Intercités sur 6).

    Dans ce dossier, le gouvernement se soucie-t-il vraiment de l’avenir du ferroviaire ou d’abord de son propre intérêt politicien ?

    La question est posée lorsqu’on constate le défilé médiatique des ministres armés de leurs fiches "d’éléments de langage" pour signifier, sur un registre plus ou moins martial, que tout est arrêté et que rien ne bougera car... Car les dessertes ferroviaires seront mieux rendues dans un cadre concurrentiel et qu’en voici les preuves… Car le gouvernement l’a déjà décidé et que c’est donc forcément bon puisqu’il l’a décidé…

    On trouvera la réponse à cette question dans ce constat : jeudi et vendredi dernier, 8 heures de discussions entre la ministre du Transport et les syndicats n’ont abouti sur...rien !

    Dans un contexte aussi fermé, l’UNSA Ferroviaire continue résolument à porter analyses et propositions (www.unsa-ferroviaire.org).

    Elle a ainsi proposé plusieurs amendements au projet de loi qui débute son examen à l’Assemblée nationale aujourd’hui pour adoption le 17 avril.

    Redisons ici qu’en matière ferroviaire comme dans toute question sociale, rien ne se fera contre les salariés du secteur.

    La négociation pour trouver un compromis ou l’entêtement politicien sur le dos des usagers ?

    C’est ce que le gouvernement doit choisir.

  • Concertation fonction publique : les 9 organisations syndicales s’expriment ensemble

    10 avril, par paca

    logo_fp_h100.pngLors de la seconde réunion de lancement de la concertation « fonction publique » du 4 avril 2018, présidée par Olivier Dussopt, les 9 organisations syndicales de la fonction publique CFDT – CFE CGC – CFTC – CGT – FA FP – FO – FSU – Solidaires – UNSA ont décidé d’une déclaration commune.

    Pour l’UNSA, il s’agit de rappeler au gouvernement le désaccord des organisations syndicales sur le fond du document d’ouverture de la concertation, malgré des modifications utiles.

    Lire le texte de la déclaration commune :http://www.unsa-fp.org/?Debut-de-la-concertation-les-9-organisations-syndicales-s-expriment-ensemble

  • Période préparatoire au reclassement : une avancée concrète pour les fonctionnaires

    10 avril, par paca

    logo_fp_h100.pngLors du Conseil supérieur de la fonction publique d’État (CSFPE), le projet de décret permettant de créer une période d’un an préparatoire au reclassement des agents reconnus inaptes à l’exercice de leur fonction a reçu un avis favorable.

    L’UNSA Fonction Publique a voté ce projet issu de l’ordonnance du 20 janvier 2017 négociée âprement fin 2016.

    C’est un droit nouveau qui voit le jour.

    En savoir plus : consulter le site de l’UNSA Fonction Publique : http://www.unsa-fp.org

  • Projet de loi « Pour la liberté de choisir son avenir professionnel »

    10 avril, par paca

    Le projet de loi qui vient de passer au Conseil d’État sera présenté au Conseil National de l’Emploi, de la Formation et de l’Orientation Professionnelles (CNEFOP) le mardi 10 avril en séance plénière en présence de la ministre du travail.

    L’UNSA y participera.

    Ce projet de loi comporte un volet formation professionnelle, apprentissage, assurance chômage mais aussi des dispositions sur l’emploi des travailleurs handicapés, le détachement de salariés, la lutte contre le travail illégal, l’égalité salariale, la lutte contre les violences sexuelles et sexistes et la mobilité des fonctionnaires.

    Ce projet de loi qui sera présenté en Conseil des ministres le 27 avril, devrait être débattu au Parlement dès la mi-juin pour un vote à la fin de l’été.

    Plusieurs dispositions seront d’application immédiate dès la parution au Journal Officiel en septembre 2018, notamment la création de l’agence nationale "France Compétences" (devant se substituer au FPSPP, au CNEFOP, au COPANEF et à la CNCP*) et les mesures qui assouplissent le droit du travail en matière d’apprentissage.

    Par ailleurs, le schéma du financement de la formation professionnelle sera mis progressivement en place pour être effectif en 2024. Dès le 1er janvier 2019, une contribution unique au développement de la formation professionnelle et de l’apprentissage sera opérationnelle.

       Sur le volet égalité professionnelle, les dispositions visant à mesurer les écarts de rémunération devront être appliquées dès le 1er janvier 2019 pour les entreprises de plus de 250 salariés et au 1er janvier 2020 pour les entreprises entre 50 et 250 salariés.
       Sur le volet assurance chômage, des décrets en Conseil d’État préciseront les modalités d’application entre le 1er janvier 2019 et le 30 septembre 2020.

    Ce texte confirme l’ouverture de l’assurance chômage aux démissionnaires ayant un projet professionnel et aux travailleurs indépendants.

    L’UNSA continuera à intervenir sur le projet de loi dans le cadre de son parcours du véhicule parlementaire, afin de peser sur différentes dispositions sur lesquelles nous avons émis des réserves, notamment lors des concertations apprentissage et formation professionnelle.

    • FPSPP : Fonds Paritaire de Sécurisation des Parcours Professionnels

    CNEFOP : Conseil National de l’Emploi, de la Formation et de l’Orientation Professionnelles

    COPANEF : Comité paritaire interprofessionnel national pour l’emploi et la formation professionnelle

    CNCP : Commission nationale de la certification professionnelle

  • Luc Bérille sur BFM

    30 mars, par paca

    arton280-31d38.jpgLuc Bérille, secrétaire général de l'UNSA, est invité sur le plateau de l'émission de Fabrice Lundy "les décodeurs de l'éco" sur BFM Business le mardi 3 avril de 19h à 20h.

    Il interviendra sur la situation sociale en France.

  • 22 mars : le coup de semonce des cheminots

    27 mars, par paca

    unsa_ferroviaire_1.jpgLa journée nationale d’action du 22 mars, décidée par l’intersyndicale de la SNCF (UNSA-CGT-SUD-CFDT), aura été une démonstration de force. Avec près de 38 % de grévistes et de l’ordre de 25 000 cheminots à la manifestation nationale à Paris ou en province, c’est un véritable coup de semonce qui a été adressé au gouvernement.

    Raison de plus pour que les concertations en cours avec le ministère des transports aboutissent : l’UNSA Ferroviaire y participe activement en portant ses analyses et propositions, avec l’appui permanent de son union interprofessionnelle, l’UNSA.

    La balle est dans le camp du gouvernement : à lui de comprendre qu’on ne pourra réformer le ferroviaire contre celles et ceux qui y travaillent et le font vivre, à lui de comprendre que, sur un aussi dossier complexe qui impacte tout le pays, le passage en force sous le couvert des ordonnances tendrait encore plus la situation.

    Il a jusqu’au 3 avril, date du début du plan national d’action des cheminots, pour donner des gages tangibles qu’il a entendu le message.

  • Fonction publique : lancement de la concertation

    27 mars, par paca

    logo_fp_h100.pngLe gouvernement devrait ouvrir officiellement jeudi 29 mars, avec l’ensemble des organisations syndicales de la fonction publique, la concertation annoncée le 1er février. Pendant près d’un an, quatre chantiers seront au cœur des échanges.

    Ils porteront sur les instances de dialogue social, le recours accru au contrat dans la fonction publique, la rémunération y compris la prise en compte du mérite, l’accompagnement des agents durant leur carrière et les plans de départs volontaires.

    A l’issue de cette concertation, un projet de loi devrait être déposé au Parlement au cours du premier trimestre de l’année 2019.

    L’UNSA souhaite connaître les propositions détaillées concrètes du gouvernement pour se positionner et formuler ses réponses. Pour l’instant, seules les thématiques et leurs grandes lignes sont connues.

    L’UNSA a déjà réaffirmé son attachement aux CAP et au missions du CHSCT, ainsi qu’à une fonction publique statutaire.

    De plus, l’UNSA estime indispensable de connaître les intentions du gouvernement en matière de missions de service public. Elle sera donc extrêmement vigilante aux propositions contenues dans le rapport du Comité action publique 2022 et aux arbitrages qui seront rendus par le gouvernement sur ce sujet.

    L’UNSA force de propositions pour l’égalité professionnelle

    L’UNSA a décidé de profiter du Conseil commun de la fonction publique du 27 mars pour faire de nouvelles propositions concernant les congés parentaux et l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes dans la fonction publique.

    Il s’agit pour l’UNSA de ne pas réduire les propositions de modification de loi, souhaitées par le gouvernement, à des modifications favorables aux seuls agents souhaitant avoir une expérience professionnelle dans le privé.

    L’UNSA mobilisée pour le service public et pour le pouvoir d’achat des agents publics

    Après avoir obtenu l’avancée du rendez-vous salarial à la mi-juin, l’UNSA poursuit ses campagnes pour le pouvoir d’achat des agents publics et pour promouvoir un service public de qualité au service tous.

  • Annonces gouvernementales du 8 mars : oui mais comment ?

    16 mars, par paca

    Le gouvernement a annoncé un plan global pour l’égalité femmes-hommes le 8 mars. L’UNSA approuve cette approche transversale mais se pose à nouveau la question de la mise en œuvre. Concernant les mesures touchant au travail dans le secteur privé, voici les premières réactions de l’UNSA.

    L’UNSA considère que les mesures annoncées par le gouvernement visant notamment à résorber d’ici trois ans l’écart salarial de 9% existant entre hommes et femmes à poste équivalent sont positives dans la mesure où elles seront accompagnées par des sanctions et des contrôles renforcés. Depuis 2012, les entreprises avaient une obligation de négociation sur l’égalité professionnelle ; le résultat espéré n’est pas au rendez-vous puisque l’écart des salaires entre les femmes et les hommes persiste.

    La proposition sur la mise en place d’un logiciel qui pourra contrôler et mesurer les écarts injustifiés de salaire sera une aide précieuse aux élus du personnel et aux délégués syndicaux surtout s’ils sont aidés par des inspecteurs habilités à prendre des pénalités financières envers les entreprises en infraction.

    L’UNSA est cependant réservée sur la mise en œuvre, à moins que les effectifs des inspecteurs ne soient renforcés.

    Rendre obligatoire pour les entreprises, au-delà d’une certaine taille, une délibération des instances de gouvernance sur la politique d’égalité salariale et ses résultats à postes équivalents devrait inciter les entreprises à prendre les mesures de correction pour atteindre l’objectif. L’obligation de transparence, en cas de non-atteinte des objectifs nous laisse interrogatifs sur sa réalisation.

    Une mesure qui incitera les négociateurs de branche à prendre en compte l’objectif d’égalité professionnelle, notamment salariale, et la mixité sera essentielle car celle-ci reste l’une des explications des inégalités par la concentration des femmes sur un nombre limité de métiers. De plus, si l’orientation dans le système scolaire fixe un objectif de mixité de 40% de filles dans les filières scientifiques du supérieur d’ici 2020, cela aidera à remédier aux déséquilibres de genre.

    L’inconnu pour l’UNSA sur ces mesures proposées reste le budget que l’Etat consacrera pour appliquer au mieux la création de structures d’accueil des jeunes enfants et l’accompagnement des victimes de violences.

0 | 10

SPIP | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Habillage visuel © Andreas Viklund sous Licence free for any purpose